accueil | la revue | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales

Office et culture - stratégies et environnements tertiaires



LA boutique

Découvrez le dernier numéro d’Office et Culture, toute la collection et les articles. Souscrivez un abonnement en ligne, achetez un numéro ou un article de la seule revue, consacrée à l'aménagement des espaces de travail tertiaire.

architecture

aménagement

produits

évènements

la revue

archives

France

Conversion d'un site minier en espace culturel

20 mars 2018 Avec la livraison de l’ensemble du bâtiment de la " salle des pendus ", dernière partie du programme de transformation du site minier d’Oignies, fermée en 1990, la région assiste à une véritable renaissance. Le projet d’Hérault Arnod architectures repose sur la création artistique et le développement économique.

réception


Le projet d’Hérault Arnod, lauréat du concours, proposait une programmation autour de la musique et du son, un thème choisi en mémoire du bruit intense produit par ce lieu industriel lorsqu’il était en activité. Le projet, inscrit dans une démarche de valorisation touristique et culturelle, comprend un schéma directeur général, la redéfinition du paysage et des accès, les reconversions du bâtiment classé des machines et l’ensemble de la salle des pendus, ainsi que l’édification de nouveaux bâtiments : un immeuble de bureaux en extension d’un atelier existant, et le Métaphone®, architecture expérimentale à la fois salle de concert et instrument de musique urbain (livré en 2013). Les différents éléments du projet ont été construits successivement pendant 10 ans.
Maître d’ouvrage : Communauté d’Agglomération d’Hénin-Carvin, CAHC 

Maîtrise d’œuvre : Hérault Arnod architectes, mandataire

Crédit photo : André Morin

salle de réunion

Hall régies TV

Hall studio d'enregistrement

salle de danse

mezzanine de la salle des pendus


L’ensemble des bâtiments rénovés dernièrement était constitué d’un complexe de vestiaires, de douches et de salles techniques accolées à une immense halle. Dans cette dernière étaient installés les « pendus », un système de crochets et de poulies qui permettait de suspendre au plafond les vêtements poussiéreux et humides des mineurs de retour du fond, tout en optimisant leur entreposage (jusqu’à 2200 mineurs par jour dans les années 50). La salle des pendus est une nef de 70 mètres de long, dont la première partie a été construite en 1931 et la seconde en 1965. La nef est bordée de part et d’autre de salles de douches collectives, aujourd’hui transformées en bureaux. L’une d’elles a été conservée dans son état d’origine à titre de témoignage.

salle des pendus

salle des pendus

salle des pendus

salle des pendus

toilettes

ite de la mine d’Oignies


Les différents corps de bâtiments, construits entre 1928 et 1970, sont de factures diverses, unifiés par les façades en briques percées de grandes fenêtres. Les charpentes métalliques sont assemblées par boulonnage pour les plus anciennes. Les toitures sont soit en tuiles mécaniques, soit en fibre-ciment, parfois surmontées de verrières. Cet ensemble abrite aujourd’hui les bureaux de l’administration du site, des salles de musique, de danse, de répétition d’orchestre et de séminaires, des studios d’enregistrement et un studio télé.

L’installation des fonctions contemporaines impliquait une nouvelle partition de l’espace, la création d’une série de petits locaux isolés acoustiquement. Pour préserver l’intégrité du bâti historique, les grands espaces sont « meublés » plutôt que cloisonnés, selon un principe de « boîtes dans la boîte ». Ce dispositif permet de conserver la perception des volumes existants, laissant filer les perspectives des murs et des toitures. Ces ouvrages intégrés sont habillés de plaques d’aluminium poli qui reflètent les structures enveloppantes. Ainsi, les nouveaux volumes semblent absorber les matières de l’enveloppe d’origine. Les plans d’aluminium donnent un effet furtif à ces objets posés dans l’espace, les allègent et réduisent leur effet de masse. 

L’intervention sur les ouvrages anciens a été pensée dans le respect de l’existant afin de préserver l’atmosphère du lieu. Les aménagements intérieurs sont conçus selon un principe de réversibilité, envisageant de potentielles mutations futures. 

Les éléments d’architecture comme les structures métalliques, les ponts roulants, les pendus et le gril technique de la nef, les murs de briques, etc., sont conservés et mis en valeur. Certains carrelages d’origine en murs et au sol (carreaux de ciment) sont restaurés. La couleur vert d’eau des murs de la nef, couramment utilisée pendant la première moitié du XXe siècle dans les édifices liés à l’industrie et à la santé, a été restaurée.

ite de la mine d’Oignies

ite de la mine d’Oignies


+ architecture - aménagement - France - rénovation


accueil | à propos | contribuer | publicité | contact | newsletter | twitter | facebook | RSS | liens | protection des données | mentions légales